livre1 livre2 livre3 livre4

livre1

Assurément. Sans jeu de mots, le Solex, cet engin tout noir,
colle étroitement à une image de la France cocardière, tricolore.
A l'image de la "2 chevaux" Citroën, il occupe une place exceptionnelle dans l'histoire de la motorisation populaire.
A l'instar du camembert, du vin rouge, de la baguette et du béret, sa haute silhouette noire compte au nombre des véritables institutions nationales.

Aux lendemains de la Libération, il fallait donner à la France,
ruinée et totalement désorganisée en matière de transports routiers ou ferroviaires, un moyen de transport très économique,
facile d'emploi et fiable. Le prototype quasi clandestin étudié pendant l'occupation donnera le Vélosolex qui a atteint cet objectif bien au-delà de ce que ses créateurs étaient en droit d'espérer : la France entière a roulé, un jour ou l'autre,
sur l'un des cinq millions d'exemplaires construits pendant une période de quarante années. De l'infirmière ou du curé de campagne jusqu'à Patrick Poivre d'Arvor, célèbre journaliste de télévision, chacun a loué sa sobriété, s'est félicité de sa robustesse et de sa simplicité, a pesté aussi, parfois, contre ses maigres performances ou son manque d'aisance en côte.

Dans ce livre à la gloire de l'institution qu'est le "Solex",
trois spécialistes de l'histoire du deux-roues à moteur racontent son demi-siècle d'existence, du prototype de 1940
jusqu'à la mise en vente, fin 1988, des derniers exemplaires construits, au profit des "Restos du Coeur" du regretté
Coluche. Un livre qui est destiné à tous ceux qui, aujourd'hui,
éprouvent, peu ou prou, la nostalgie de leurs "années Solex".

Edition Massin
80 pages
22 €
-2003-

>
Retour à la galerie Solex